retour


janvier, février, mars 2007

Va-t-on savoir où nous emmènerait Valérie Rouzeau pour la poésie ? Peut-être dans la lune et sûrement bien ailleurs. Va où, Pas revoir nous conduisent à la lire immodérément comme elle nous convie à lire goulûment tous les poèmes toutes les pages de sa revue Dans la lune.

De ses invités, Bernard Bretonnière et Christianne Veschambre, on peut dire du premier qu’outre la place de lexicographe officiel de la revue qu’il honore brillamment, ses livres Pas un tombeau, Ce qu’il faut de patience risquent au poème l’ordinaire de nos parlés, de nos situations. Avec tout ce que l’ordinaire remue de plaisir et d’inquiétude.
Christiane Veschambre a partagé l’aventure de la revue « Petite ». Sans plus de concession pour ce qui de la vie journalière entre dans l’écriture, elle tient ses phrases avec poigne. Leur recul lucide pénètre comme à la page 62 dans Les mots pauvres « Je n’ai jamais su regarder mon enfance avec simplicité.» Et tant d’autres à ne plus oublier.



Ne plus tenir debout quelquefois tu disais.
Depuis quoi j'ai rêvé que je te relevais que je te relevais et que tu retombais.
Dans la pièce la plus froide tu te serais cassé.
Quand bien même je t'aurais mis debout et tenu aux épaules et parlé à l'oreille apporté des lilas ça n'aurait pas marché.
D'ailleurs je t'ai pleuré dessus ça ne t'a pas remué ni quand j'ai pris ta main dans mes mains bonnes à rien ni rien.
Tu te serais cassé.
Trêve d'éternité.

Pas revoir Photographie d'Eric Sautou
avril 2003




 


« La poésie n’est pas une arme de destruction massive contre la connerie »

 

 

 

...le poème unplugged demande cris
du public enregistrés
en même temps
que le poème sinon ça ne ferait pas vraiment
poème unplugged
le public doit donc pousser quelques cris
même petits cris

cris de petits oiseaux
ou - à volonté - de rapaces...

LE DECOR DE L'ENVERS
carnet d'aventures
d'La-Théorie-D'la-Poésie




La Théorie D'la Poésie petite mémé
vacillante
revient du spar (ouvert 7j/7)
son cabas à la main

"finalement j'aurais dû
en prendre quand même
ça va faire juste
avec ce qui reste"

"elle était pas bien belle
leur salade aujourd'hui"

pense La Théorie D'la Poésie

elle est allée se faire une permanente
hier chez Josy
(c'est sa nièce elle lui fait un prix)
alors
une goutte de pluis
l'arrête net
elle sort son plastique
et se le noue sur la tête

(de toute manière
elle n'avait pas envie de salade
aujourd'hui)

ROGER LAHU
LE DECOR DE L'ENVERS
carnet d'aventures
d'La-Théorie-D'la-Poésie

 

Couverture: photographie de Samuel Lahu


Faire d'une abstraction, Théorie d'La Poésie, un personnage réel (en "petite mémé vacillante "), à dessein de.se gaber sur le ton de l'ironie badine de la poésie ("la poésie est faite partouze ", J.- P. Verheggen), et par là faire accroire au lecteur l'égard mesuré qu'on lui accorde ("Va, je ne te hais point ", Corneille), le tout pour feindre de ne pas vouloir faire ce qu'on fait néanmoins (" Je ne veux pas donner si haut los* à notre langue ..." Du Bellay), feindre de ne pas énoncer un art (anti-)poétique, Le Décor de l'envers, c'est profusément rhétorique, l'effet s'inverse, le lecteur corrige. C'est aussi le contre pied de nez d'un poète courroucé et amusé de ce que les théoriciens font de la poésie une affaire telle qu'elle semble ne plus concerner qu'une poignée d'heureux élus (iraient-ils dans le sens de la régression historique ?) Roger Lahu veut situer la poésie au niveau de tout le monde, sans non plus leurrer son monde. Le Décor de l'envers, ça ruse et ne dupe pas, ça ressemble à Roger Lahu, à la fois tintin et filou.

*Louange
Jean-Pascal Dubost
Ed. Les carnets du Dessert de Lune

Le festival Deklamons se fait entendre depuis quelques années grâce à l’enthousiasme d’étudiants et d’enseignants de l’Université Rennes 2 pour la poésie, notamment sonore. Sonorité, oralité, matière orale du sens, rythme dans la langue, la poésie ne finit pas de se faire entendre. De nous faire entendre, nos langues et nous. Cette soirée en partenariat avec la Maison de la poésie et tout le festival Deklamons sont l’occasion de ne pas rester sourd à la poésie !