retour


octobre, novembre, décembre, 2007

"Le chemin
qui de soi à l'autre
mène
décline
une ambivalence
de
possibles

Le jour naît
de ce que le crayon
occulte"

Emmanuelle Le Cam. L'hospitalité des anges
éditions La Part Commune




« Jour beige. Après l’extrême bleu d’hier. Jour lent. / Flânerie dans Rennes. Ne pas m’empêtrer dans l’exotisme. . […] / J’ai installé la table d’écriture devant la porte-fenêtre et le balcon pour mieux voir le jardin, le canal, son eau «mêlée au soleil», et l’espace dans lequel je me suis posée. / D’ici, d’en haut, à gauche de l’allée cen­trale, un grand cèdre qui n’est pas d’Amérique, et juste au centre, des roses rouges, comme si ça n’avait rien d’incongru en octobre. / In­supportables, les roses depuis mon premier cimetière. »



Denise Desautels
Le Coeur et autres mélancolies

Ed Apogées

(résidence d'automne 2005)


Le mercredi 5 octobre
Jour beige. Après l'extrême bleu d'hier. Jour lent. / Flânerie dans Rennes. Ne pas m'empêtrer dans l'exotisme. / Écrire père, mettre à jour le mot père dans l'anonymat des rues, en marge des façades à pans de bois aux couleurs fictives. / En pays étranger, marcher comme on vagabonde, délinquante, courant des risques, soutenant des regards ou bifurquant sur des rues oisives, s'y égarant. Terriblement mortelle. / Père, l'épeler à voix haute, habituer mes lèvres à la vibration surprise des sons père. / Chercher une forme, du passé remodelé, du futur palpable. Tourner autour de la tête endormie, flottante, de Parmiggiani, place de Coëtquen. Noter vous n'avez été longtemps qu'une tête flottante, que je n'éprouvais pas. Non pas endormie mais noyée. / J'ai installé la table d'écriture devant la porte-fenêtre et le balcon pour mieux voir le jardin, le canal, son eau «mêlée au soleil», et l'espace dans lequel je me suis posée. / D'ici, d'en haut, à gauche de l'allée centrale, un grand cèdre qui n'est pas d'Amérique, et juste au centre, des roses rouges, comme si ça n'avait rien d'incongru en octobre. / Insupportables, les roses depuis mon premier cimetière. Dans leur parfum, chaque fois, le vacarme de la ruine. / Ici, l'hiver n'aura pas lieu. / Voilà j'en suis. Les plantes, les gazouillis, l'air, l'eau, ma respiration, mes os existent naturellement. / Être dedans. Me sentir être dedans. Isolée. Entourée.


« J’ai déchiré l’étang / La ligne des araignées d’eau des
Horizons de sang / Ici les arbres sont des hérons /
Vertigineux »